Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 14:57

Après feu le Pr. Oscar Tovar Serpa, botaniste au Museo de Historia Natural de Lima (Universidad Nacional mayor de San Marcos), au Pérou, le botaniste de réputation internationale Ihsan Al-Shehbaz (Missouri Botanical Garden), spécialiste mondial des Brassicacées, s'est déclaré dans son article A synopsis of the south American Lepidium (Brassicaceae) - Darwiniana 48(2): 141-167. 2010 contre l'imposture  de la dénomination scientifique Lepidium peruvianum Chacon sp. nov. défendue par le CIP (Centre International de la Pomme de Terre) depuis les années 2000, dans la tentative de faire breveter la maca en faisant croire que la forme cultivée était une autre espèce que la forme sauvage (Lepidium meyenii Walpers) décrite au XIXe siècle.


Les chercheurs franco-péruviens Pierre-Olivier et Katia Humala-Tasso, en poste à l'Institut Français d'Etudes Andines en 1998-1999 ont démontré que la maca étant une espèce en voie de domestication, les deux formes appartenaient à une seule et même espèce et ont dénoncé l'imposture de cette fausse dénomination. Leurs travaux adressés au Bulletin de l'institut Français d'Etudes Andines ont été boycottés par les réviseurs  anonymes  de la revue et par le directeur à l'époque, M. Jean-Joinville Vacher, également membre de l'IRD (Institut pour la Recherche en Développement, ex ORSTOM), qui ont refusé de les publier sous des prétextes fallacieux.


Pierre-Olivier Combelles et Katia Humala-Tasso ont du publier eux-mêmes le résultat de leurs recherches:


Humala-Tasso Katia & Combelles Pierre-Olivier, 2007. Maca, Lepidium meyenii Walpers. Pitunilla/IAEE/IEE, Auffargis (France). 89 p.; ill.. ISBN 978-2-917445-00


M. Jean-Joinville Vacher est aujourd'hui Adjoint au Directeur général délégué à la Science de l'IRD après avoir été Conseiller scientifique régional pour les pays Andins, directeur de l'IFEA et directeur de l'IRD à La Paz (Bolivie).


Cette affaire est une preuve supplémentaire de la subordination actuelle de la science aux intérêts mercantiles et aux pouvoirs politiques et diplomatiques.


En 2012, le nouveau "Département d'Histoire naturelle" de l'IFEA était dirigé par une jeune zootechnicienne française chargée, à l'Universidad Nacional Agraria de La Molina (Lima) de l'"application de protocoles de transplantation d'embryons de cochons d'Inde en vue de la création d'une banque de germoplasme ex situ" (vraisemblablement aux Etats-Unis).


Pour cette raison, Pierre-Olivier Combelles a refusé la proposition qui lui avait été faite d'adresser sa candidature de chercheur associé à l'IFEA.


Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre-Olivier Combelles
commenter cet article

commentaires